Comment faire face à la pénétration de l’islamisme dans la société et l’école ?

Cette demie-journée d’étude aura lieu en visioconférence. Pour visualiser la vidéo cliquez sur la petite flèche noire

Entre recherche et espace de réflexion pour continuer à penser ensemble les enjeux de la laïcité, l’après-midi du 27 janvier est consacré à la question Comment faire face à la pénétration de l’islamisme dans la société et l’école ?

Peut-on éradiquer les violences qui y sont liées, comme s’il s’agissait d’un virus à éliminer (encore un !) ? Ou doit-on admettre avec Georges Bataille que « l’expression de la violence se heurte à la double opposition de la raison qui la nie et de la violence elle-même qui se borne au mépris silencieux des paroles qui la concernent » ?

Chaque fois en tout cas, plus encore après les attentats de 2015 et, récemment, l’assassinat de Samuel Paty, les citoyens restent à la fois dans l’indignation et la sidération devant la violence, l’inhumanité d’un terrorisme forcément “aveugle” et la dérive tragique d’individus fanatisés…

Quelles résistances sont-elles encore possibles, pour tenter d’éviter ces violences insoutenables ? Quelles armes théoriques ou pédagogiques, quels outils peut-on mobiliser pour que les pires croyances ne continuent pas de se diffuser ?
Et donc, sans minimiser ni amplifier, en quoi l’école et l’université, par principe exemptes de prosélytisme, peuvent-elles contribuer à résister aux pires croyances qui potentialisent les peurs ?

Ce second temps de l’année 2020-21qui scande la réflexion sur les questions de laïcité à l’Inspé fait suite à la journée du 9 décembre dernier, organisée avec le Mémorial de la Shoah, qui a été consacrée à la question Comment faire face à la diffusion des thèses conspirationnistes et négationnistes ?

Deux invités :
- Bernard Rougier est Professeur des Universités de Paris 3, en sociologie politique du monde arabe ; il est membre de l’Institut de France, travaille sur les territoires soumis à de fortes pressions communautaristes. Et a publié Les territoires conquis de l’islamisme, Puf, 2020.
- Jean-Pierre Obin Universitaire, Inspecteur Général, auteur d’un premier rapport
en 2004, sur Les signes et manifestations d’appartenance religieuse dans les établissements scolaires (cf. L’Ecole face à l’obscurantisme religieux, Max Milo, 2006) ; plus récemment, il a publié Comment on a laissé l’islamisme pénétrer l’école, Hermann, 2020.

Partager :

Enregistrer au format PDF
Imprimer cette page (impression du contenu de la page)